Mike Oostenbrink parle des débouchés offerts par les carrières dans les métiers spécialisés

1. Quels éléments t’ont incité à mener une carrière dans les métiers spécialisés?

En sortant du collège, je ne savais pas vraiment ce que j’allais faire de ma vie. Mon père m’a conseillé de travailler pendant une année afin de réfléchir sur mon avenir et de commencer à travailler dans un métier. Ainsi, si je décidais de ne pas faire d’études postsecondaires, je pouvais commencer ma carrière dans un métier. Dans cette optique, j’ai déposé une demande d’emploi dans l’entreprise où travaillait mon beau-frère; j’ai commencé mon apprentissage en tant que machiniste. Environ six mois après, je me suis aperçu que j’aimais beaucoup ce travail : j’ai décidé de poursuivre mon apprentissage.

 

2. Dans quel domaine travailles-tu? Quels aspects de ton travail préfères-tu?

J’ai commencé mon apprentissage en tant que machiniste en 2007, dans l’industrie pétrolière et gazière. Lorsque j’ai terminé mon apprentissage à NAIT à Edmonton, Sandvik Coromant m’a proposé un poste de représentant technique de commerce. Dans cet emploi, je mets à profit les compétences acquises tout au long de mon apprentissage pour résoudre les problèmes d’autres ateliers d’usinage. Grâce à mon diplôme de machiniste, j’ai pu accéder directement à mon nouveau poste.

 

3.  Quelles compétences doit-on maîtriser parfaitement dans ce domaine?

J’estime que la compétence la plus importante est le souci du détail et la planification. Étant donné que certaines des pièces utilisées sont très complexes, il faut être très méthodique.

 

4.  Est-ce que des mentors ou des personnes t’ont encouragé ou inspiré au cours de ta carrière?

J’ai travaillé pour le même patron tout au long de mon apprentissage et j’ai toujours évolué dans l’atmosphère d’un petit atelier. Ainsi, mon patron a pu assurer une formation et un encadrement très personnalisés. Dès le premier jour, il m’a encouragé à faire tout mon possible pour devenir un machiniste très compétent. La confiance qu’il m’a accordée m’a aidé à acquérir de l’assurance dans mon métier. J’ai continué de me perfectionner en tant que machiniste en travaillant à ses côtés.

 

5. Quel conseil donnerais-tu aux jeunes qui souhaitent mener une carrière dans les métiers spécialisés?

Pour la plupart des métiers spécialisés, tu travailles dix mois par an et tu vas à l’école les deux autres mois. Si j’avais un conseil à donner à une personne qui souhaite travailler dans les métiers spécialisés, je lui conseillerais de travailler de son mieux pendant ces deux mois d’école et d’acquérir le plus de connaissances possible. Pour cela, il faut poser des questions aux enseignants et aux collègues de classe afin de savoir la façon dont ils évoluent à leur travail. Tous ces renseignements vous donnent de nouvelles idées et vous permettent de vous distinguer à votre retour au travail.

Il ne faut pas oublier que votre métier peut vous ouvrir des horizons insoupçonnés. Je n’aurais jamais pu travailler pour une entreprise internationale si je n’avais pas décroché mon diplôme de machiniste.

 

Mike Oostenbrink
Représentant technique de commerce
Sandvik Coromant Canada